Angop - Agência de Notícias Angola Press

Le secrétaire d'État réitère l'approbation du projet post-sécheresse dans le sud du pays

10.04.2019 - mer. : 15'51 - Société

Luanda - Le secrétaire d'Etat de l'Intérieur en charge de l'Assistance technique, Salvador José Rodrigues, a recommandé mercredi d'accélérer l'approbation du projet de relèvement afin d'atténuer la situation après la sécheresse dans le sud du pays.

  • La Comimission nationale de protection civile et pompiers analyse la situation des pluies

S'exprimant lors de la réunion de la Commission nationale de protection civile et approbation du programme de relèvement après la sécheresse dans le sud du pays entre 2019 et 2022, il a déclaré que seul cet instrument juridique fournirait les conditions nécessaires à la mobilisation des ressources nécessaires, aux niveaux national et international, pour la mise en œuvre immédiate de mesures visant à atténuer la situation.

La sécheresse dans le sud de l'Angola s'étend aux provinces de Cunene, Namibe et Huíla.

Le cadre de relèvement après la sécheresse prévoit des actions structurantes par secteur, telles que l'agriculture et la sécurité alimentaire, la nutrition, l'eau, l'assainissement, l'hygiène, l'éducation, l'environnement, le commerce, etc.

La province de Cunene a été touchée de manière cyclique par de longues périodes de sécheresse qui ont affecté non seulement la population, mais également le bétail, en particulier les bovins.

Pour secourir la situation, le gouvernement a récemment approuvé la mise à disposition de ressources de l'ordre de 200 millions de dollars pour la réalisation de projets de construction de barrages destinés à la rétention des eaux fluviales, ainsi que la mise en place de moyens de distribution sur différents points de la province touchée par la sécheresse.

Pour la province de Namibe, deux milliards de Kwanzas ont été mis à disposition par le gouvernement central afin de soutenir le plan d'urgence de façon freiner les effets de la sécheresse.

Dans l’entre-temps, l’ANGOP sait que, au niveau du pays, les précipitations ont été enregistrées dans toute son étendue et ont touché 0,38% de la population, avec un nombre record de décès dus à des décharges atmosphériques, huit à l’éboulement de terre à des funérailles et 101 à des noyades.

Les pluies ont également fait 350 blessés, 23 784 familles touchées, 114 163 personnes affectées, 3 829 maisons détruites et une inondée, 137 morts, 7,553 hectares de terres détruites, cinq postes d'éclairage public, 19 postes de transformation de l'énergie et six ponts détruits, quatre véhicules endommagés et 224 arbres tombés.