Angop - Agência de Notícias Angola Press

Les habitants demandent des mesures contre la construction illégale

11.04.2019 - jeu. : 16'33 - Société

Lobito - Les habitants de Lobito, dans la province de Benguela, ont demandé mercredi, aux autorités de trouver une solution pour mettre un terme aux constructions illégales dans les zones à haut risque de la région, en particulier les flancs des collines, afin d'éviter les pertes constantes de vies humaines.

  • Benguela: Constructions dans des zones à risque

S'agissant de l'occupation illégale des terres, lors d'une table ronde organisée par le Bureau du procureur général de la République(PGR), des représentants de plusieurs institutions ont défendu la nécessité de mettre fin à la croissance désordonnée de Lobito en créant une mauvaise image de la ville appelé le "salon de l’Angola".

Le juriste José Faria a mis en garde contre les dommages causés par des constructions illégales dans les zones à risque, en raison du désordre des espaces, et a dit que le désalignement des maisons empêche les pompiers d'entrer en cas d’incendie et d’autres fatalités.

Il a ajouté que les citoyens qui occupent illégalement des terres empêchent d'autres personnes de faire autre chose de ces espaces où l'État gagnerait en percevant des recettes fiscales.

L’avocat Branco Lima a insisté pour que la construction illégale soit démolie par les autorités locales de l’État, qui devaient également créer les conditions nécessaires à la planification urbaine pour le transfert ultérieur de terres à des citoyens.

José Patrocínio, représentant de l’organisation non gouvernementale Omunga, a contesté la manière coercitive dont les autorités ont souvent procédé à des opérations de démolition d’ouvrages illégaux.

En examinant le contexte actuel, l'activiste signale que l'absence de l'État dans de nombreuses régions est la cause de l'occupation du sol. "Il y a eu un exode de population vers les villes où ils ont trouvé la sécurité pendant la période de guerre et de nombreuses personnes ne sont pas retournées dans leurs régions d'origine", a-t-il expliqué.

"Maintenant, il faut tenir compte de la dignité du peuple, pour qu'il ne soit pas abandonné à son triste sort, vivant au grand jour", a défendu José Patrocínio.

Le représentant du bureau juridique de l'administration municipale de Lobito, Alberto Ventura, a saisi cette occasion pour rappeler les conséquences catastrophiques des pluies du 11 mars 2015 aux citoyens qui ont construit dans des zones à risque, où il a même dénoncé certaines maisons déjà construites.

Situé à 30 kilomètres au nord de la ville de Benguela, Lobito occupe une superficie de 2 700 km2 et compte environ 435 000 habitants.