Angop - Agência de Notícias Angola Press

Démarrage de la Campagne nationale de vaccination anti-poliomyélite et rougeole

09.04.2018 - lun. : 17'59 - Société

Gabela (Angola) - La Campagne nationale de vaccination anti-poliomyélite, rougeole et rubéole a démarré lundi dans la ville de Gabela, province de Cuanza Sul, par une cérémonie présidée par la ministre de la Santé, Silvia Lutucuta, qui a appelé les parents et tuteurs à conduire leurs enfants aux postes d'immunisation.

  • Ministre de la Santé, Sílvia Lutukuta

          Améliorer la santé de la population par la vaccination de routine des enfants, tel est l'objectif de cette campagne nationale, a expliqué la ministre, qui a exhorté les institutions religieuses, les chefs coutumiers, la société civile et les particuliers à  collaborer à la réalisation de cette activité sociale gratuite.

        Selon la ministre, l'injection du vaccin anti-rubéole permettra à beaucoup de femmes d'accoucher des bébés en bonne santé, évitant ainsi la surdité chez les nouveaux nés et des malformations de l'embryon en cas de grossesse.

        L'immunisation, qui constitue une des stratégies effectives d'application simple au niveau local, vise à accélérer la réduction de la morbidité et mortalité par des maladies que l'on peut bien prévenir par la vaccination, a-t-elle ajouté.

         Pour sa part, le représentant des Nations Unies en Angola, Paolo Baladelli, a dit que tous les enfants avaient droit à la santé, la santé c'est la vie, c'est pourquoi tous les enfants doivent être vaccinés pour leur bien-être, a-t-il ajouté.

         Le haut fonctionnaire onusien a fait savoir que les partenaires du Ministère de la Santé continueraient à appuyer le Gouvernement angolais dans la lutte contre les endémies pour un développement durable du pays.

         La Campagne nationale de vaccination, qui compte immuniser au moins 13 millions d'enfants contre la rougeole et la rubéole, et 4.900.000 petits contre la poliomyélite, a été lancée en présence des membres du gouvernement, notamment du ministre de la Communication sociale, João Melo, et des représentants de l'OMS et de l'UNICEF.