Angop - Agência de Notícias Angola Press

Nóqui renforce les mesures de prévention du virus Ebola à la frontière avec la RDC

09.06.2018 - sam. : 13'54 - Santé

Mbanza-Kongo - Le secteur de la santé dans la municipalité de Noqui, province de Zaire, a renforcé ces derniers jours, la surveillance épidémiologique au poste frontière avec la République démocratique du Congo (RDC), afin de prévenir la propagation de l?épidémie d?Ebola en Angola.

  • Zaire: Agent de santé en service au poste frontalier de Nóqui

Une équipe de professionnels de la santé, équipés de thermomètres et des moyens de biosécurité travaille en permanence au poste frontalier avec la RDC mesurant les températures de personnes qui quittent ce pays voisin pour l’Angola, a informé vendredi, à l'Angop, le responsable en service, Kinkela Ndamba.

La source a dit que les appareils de mesure de la température pour adultes et enfants sont disponibles, et que la température devra fluctuer en dessous de 37 degrés Celsius, et qu’au-dessus de ce chiffre, on peut indiquer un cas suspect qui doit être suivi par des professionnels de la santé.

Il a expliqué qu'il ya une station de quarantaine pour la surveillance de tous les cas suspects d’Angolais en provenance de la RDC, révélant que dans le cas où le suspect est un citoyen de ce pays, le fait est immédiatement signalé aux autorités sanitaires de ce pays.

L'agent de santé a souligné qu'en plus de mesurer les températures, les personnes revenant du pays voisin doivent se laver les mains avec de l'eau et du savon avant d'entrer sur le territoire national.

Il a ajouté qu'aucun cas suspect n'avait été détecté jusqu'à présent, excluant la possibilité que la maladie se propage sur le territoire national, l'épidémie étant toujours confinée dans la région de l’Equateur, nord-ouest de la RDC.

Le siège municipal de Nóqui est à 175 kilomètres de la ville de Mbanza Kongo, capitale de la province de Zaire.

Les données officielles récentes évoquent la mort de 27 personnes des suites d'Ebola en RDC, où jusqu'au 4 juin de l'année en cours, ont été enregistrés 58 cas de la fièvre hémorragique, dont 37 confirmés, 14 probables et sept suspects.