Angop - Agência de Notícias Angola Press

Jair Bolsonaro encourage la lutte contre la corruption en Angola

24.01.2020 - ven. : 11'29 - Politique

Luanda - Le Président de la République Fédérative du Brésil, Jair Bolsonaro, a encouragé jeudi soir, à Luanda, l'Exécutif angolais à poursuivre les mesures de lutte contre la corruption et l'impunité dans le pays.

  • Le Président brésilien, Jair Bolsonaro
  • Le Chef de l'Etat brésilien, Jair Bolsonaro (à gauche) et le ministre, des Relations Extérieures, Manuel Augusto
  • Le Chef de l'Etat brésilien, Jair Bolsonaro (à gauche) et le ministre, des Relations Extérieures, Manuel Augusto
  • Le Chef de l'Etat brésilien, Jair Bolsonaro fait escale à Luanda

L'homme d'État brésilien, qui a fait escale à Luanda, à destination de l'Inde, a déclaré que son pays apporterait tout son soutien au Gouvernement angolais pour poursuivre la lutte contre la corruption, car c'est un mal qui détruit une nation.

Dans une brève déclaration à la presse, Jair Bolsonaro a précisé qu'il suivait de près et avec une grande satisfaction les changements en Angola, en particulier la lutte contre la corruption et l'impunité, encourageant ainsi les autorités angolaises à poursuivre ces mesures.
 

«La lutte contre la corruption est également la principale priorité de mon mandat et l'Angola le fait très bien. Et, dans cette croisade, le Brésil est disponible pour collaborer», a souligné Jair Bolsonaro.

Durant une heure et demie à l'aéroport international 4 de Fevereiro, le Chef de l'Etat brésilien a exprimé le souhait d'effectuer une visite officielle en Angola au cours de cette année, afin de renforcer la coopération entre les deux Etats.
 

Reçu par le ministre angolais des Relations extérieures, Manuel Augusto, le Président brésilien a auguré la signature d'accords, des protocoles et d'autres instruments juridiques pour aider l'Angola dans la lutte contre la corruption.

"C'est un grand plaisir d'être ici et j'ai déjà exprimé mon souhait au ministre Manuel Augusto de retourner en Angola pour une visite officielle", a-t-il conclu.