Angop - Agência de Notícias Angola Press

Un juge sud-africain défend un secteur de la justice fort

11.06.2019 - mar. : 14'53 - Politique

Luanda - Le président des Juridictions constitutionnelles d'Afrique, le Sud-africain Mogoeng Mogoeng, a défendu mardi à Luanda la nécessité d'un secteur judiciaire de plus en plus fort dans le continent pour éviter les manipulations du pouvoir politique et de l'argent.

  • Mogoeng Mogoeng - Le président des Juridictions constitutionnelles d'Afrique
  • PR João Lourenço reçoit une délégation de présidents de Juridictions constitutionnelles africaines

Pour Mogoeng Mogoeng, qui s’est adressé à la presse à la fin d’une audience que lui a accordée le chef de l’État angolais, João Lourenço, le secteur va travailler pour éviter la corruption et le favoritisme.

Selon le magistrat, l'idée est que la justice et le constitutionnalisme soient servis sur un pied d'égalité à tous.
À son avis, les deux organes importants des États africains (exécutif et législatif) devraient prendre conscience du rôle crucial du pouvoir judiciaire et de son statut, dans le cadre de la séparation des pouvoirs, visant son indépendance totale.

La délégation conduite par Mogoeng Mogoeng participe à Luanda au cinquième Congrès des juridictions constitutionnelles de l'Afrique (CJCA).

Outre le magistrat sud-africain, la délégation comprenait les présidents des juridictions constitutionnelles du Burkina Faso, Kambou Kassoum, du Zimbabwe, Luke Malaba, du Maroc, Said Ihrai, de Madagascar, Jean Rakotoarisoa, de la République Centrafricaine, Danielle Darlan, et des Seychelles, Mathilda Twomey.