Angop - Agência de Notícias Angola Press

L'Angola occupe la première place dans la lutte contre la corruption

03.12.2019 - mar. : 17'37 - Politique

Addis-Abeba - L'Angola occupe une position de premier plan en Afrique dans la lutte contre la corruption, grâce à la politique menée par le Président de la République, João Lourenço.

  • Mauritanie:Comité des représentants permanents de l'UA

C’est ce qu’a déclaré lundi le Président de la Commission du droit international de l'Union africaine, l'Angolais Sebastião Isata, lors de l'ouverture à Addis-Abeba du VIIIe Forum sur le droit international, qui se déroule sous le slogan «Démocratie constitutionnelle, Etat de droit et lutte contre la corruption».

À titre d'exemple, il a cité les divers cas de détournement de fonds déjà jugés par le droit angolais et d'autres dont les procédures sont en cours.

Il a rappelé que le gouvernement du Président João Lourenço considérait la lutte contre la corruption comme l'une des activités centrales de son action.

En ce qui concerne la démocratie, Sebastião Isata a défini les fondements juridiques de la démocratie constitutionnelle, qui, à son avis, n’est rien de plus qu’un gouvernement issu du libre consentement du peuple.

À ses yeux, la démocratie a été considérée pendant des siècles comme une conquête de la civilisation occidentale, mais aujourd'hui, elle est devenue une conquête universelle.

Il a rappelé que lorsque les colonies africaines ont accédé à l'indépendance, il y a 50 ans, chacune d'elles a tenté d'adopter des modèles constitutionnels «mutatis mutandis» inspirés des constitutions des anciennes puissances colonisatrices.

Mais après 50 ans, ils ont constaté que de telles constitutions n'avaient pas été une panacée pour les problèmes socio-économiques de l'Afrique et les ont progressivement remplacées par d'autres modèles constitutionnels plus conformes aux postulats de la démocratie constitutionnelle d'aujourd'hui, a-t-il noté.

L'orateur a également parlé du système de pouvoir dans l'Afrique précoloniale, où la personnalité la plus influente était le roi ou le chef de tribu, qui ne dirigeait pas seul, s'appuyant sur le conseil des anciens.

"Le fondement de sa gouvernance était le bien-être et le progrès de ses sujets, contrairement aux aspirations d'aujourd'hui, qui reposent davantage sur Utilitas Veritas », a-t-il affirmé.

Sebastião Isata a donc appelé à la nécessité pour les hommes d'État africains de prendre en compte dans leur action gouvernante le principe de l'équité intergénérationnelle.

La commissaire aux affaires politiques de l'Union africaine, Minata Samate Cassoma, des membres du corps diplomatique accrédité auprès de l'Union africaine et des académiciens d'Afrique, d'Europe, d'Amérique et d'Asie ont assisté à la séance d'ouverture.

Le VIIIe Forum sur le droit international poursuivra ses délibérations jusqu'à jeudi (5).