Angop - Agência de Notícias Angola Press

Parlement : prochaine discussion du Compte général de l'Etat

06.02.2019 - mer. : 20'08 - Politique

Luanda - L'Assemblée nationale se réunit en séance plénière ordinaire le 20 février pour débattre et voter le Compte général de l'État pour l'exercice fiscal 2016.

  • Députés à l'Assemblée Nationale

Soumis pour la première fois au débat et à l'approbation des députés en 2011, le Compte général de l'État comprend les comptes de tous les organes de l'administration centrale et locale de l’Etat, des instituts publics et des services autonomes, ainsi que des organismes de sécurité sociale et souverains.


Le Compte général de l'État devra être présenté aux organismes de contrôle financier externes dans les délais et conditions définis par la loi.


S'adressant à la presse à l'issue de la Conférence des leaders parlementaires, le député de l'UNITA, Adalberto da Costa Júnior, a souligné que le débat sur le Compte général de l'État pour 2016, qui s'accompagne d'un retard, mériterait une analyse minutieuse, "pour prévenir les pratiques négatives."


Le représentant Benedito Daniel du PRS a déclaré que les parlementaires avaient beaucoup à dire sur l'exécution du budget de 2016, qui n’était pas superviser par les députés.


"C’est à travers le Compte général de l’État qu’au moins nous pouvons percevoir ce qui a été fait et non fait. Nous aurons en effet un mot à dire sur les exécutions financières qui ont eu lieu en 2016, année de crise dans le pays", a-t-il précisé.


D'autre part, l'Assemblée nationale a fixé au 21 février un vaste ordre du jour de 16 points, un fait qui a été largement critiqué par les députés de l'opposition ces derniers temps.

 

Quant aux ordres du jour qui sont vastes, Adalberto da Costa Júnior a dit que la Conférence des leaders parlementaires avait discuté de la nécessité pour le Parlement de prendre des précautions afin de ne pas pénaliser le temps nécessaire de préparation des contenus des groupes parlementaires.


Dans les cas où l'ordre du jour n'est pas respecté en raison de contraintes de temps, le règlement du Parlement prévoit le transfert des travaux au lendemain.

A son tour, le porte-parole de l'Assemblée nationale, Raúl Lima, a déclaré que cette procédure faisait partie du règlement intérieur du Parlement.