Angop - Agência de Notícias Angola Press

Le Président de la République veut mettre fin à l'importation d'aliments

11.10.2017 - mer. : 15'03 - Politique

Huambo - Le Président de la République, João Lourenço, a réaffirmé mercredi, dans la municipalité de Katchiungo (Huambo), l'engagement du Gouvernement d'accroître la production agricole et de mettre un terme à l'importation de denrées alimentaires.

  • Départ du PR João Lourenço pour la province de Huambo

Parlant à l'ouverture de la saison agricole 2017/2018, l'homme d'État a appelé les parties prenantes du secteur agricole à créer une stratégie et des politiques visant à encourager la production à grande échelle, pour la sécurité alimentaire.

Il a souligné la nécessité de travailler plus et mieux, pour obtenir un rendement plus élevé que ce qui est produit dans le pays, afin qu'il y ait excédent pour l'exportation, car le champ est la garantie de l'approvisionnement des Angolais.

«Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour ne pas importer de la nourriture, parce que nous avons la capacité de produire de la nourriture, nous devons produire la nourriture dont nous avons besoin, ainsi qu’exporter et percevoir des devises avec l'excédent », a affirmé l'homme d'État devant des milliers de citoyens.

Dans son discours, il a averti qu'il était temps de semer pour récolter après, de retrousser les manches pour tirer le meilleur parti de ce que la terre peut donner.

Il a reconnu que le peuple angolais produisait déjà suffisamment de biens alimentaires, étant essentiel sa croissance pour qu’il y ait un surplus. "Nous voulons atteindre la saturation".

Le Président de la République a encouragé ceux qui, avec de sérieuses difficultés, le manque de semences, d’engrais et d’instruments de travail n’ont pas croisé les bras et continuent à produire de la nourriture.

L'homme d'État a rappelé toutefois que la diversification économique qui est poursuivie voit le secteur agricole comme le premier signe, pour sa matérialisation.

Il a souligné qu'il y aura une réussite que si, en plus de développer d'autres branches de l'économie, les Angolais sont en mesure de promouvoir la croissance de ce qui est important dans la diversification, l'agro-élevage.

À cet égard, a-t-il défendu de manière particulière, l'augmentation de la production de céréales comme le maïs, le haricot, le soja et d'autres produits pour tirer parti aussi du bétail, grâce à l'autosuffisance alimentaire pour le bétail.

João Lourenço a tirer l’attention sur le besoin de changer le concept, selon lequel seulement quelques provinces du pays sont potentiellement agricoles, car les 18 sont vouées à l'agriculture.

Avec les investissements qui s’imposent, toutes les régions du pays peuvent être des puissances agricoles, a conclu le Président de la République.