Angop - Agência de Notícias Angola Press

Le gouvernement crée 1600 bourses d'études supérieures

16.09.2020 - mer. : 13'38 - Education

Luanda - 1 600 bourses d'études post-graduation, destinées à des professeurs d'université, sont mises à disposition par le Gouvernement dans le cadre du Programme d'appui à l'enseignement supérieur.

  • Ministre de l'Enseignement supérieur, des Sciences, de la Technologie et de l'Innovation, Maria do Rosário Sambo

Selon la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Science et de la Technologie, Maria do Rosário Sambo, qui l'a annoncé mardi, le programme est financé par l'Union européenne (UE).

Estimé à 13 millions d'euros, il favorise la formation des enseignants et renforce la capacité des institutions d'enseignement supérieur (IES) à créer des formations de troisième cycle.

Selon la gouvernante, qui parlait dans l'espace Grande Interview de la TPA, le programme vise à améliorer les cursus d'études supérieures dans les institutions d'enseignement supérieur (IES) du pays, en leur fournissant la capacité de suivre des cours internes de troisième cycle.

Dans le cadre du programme de développement de la science et de la technologie, Maria do Rosário Sambo a indiqué que 163 candidatures à des cours de troisième cycle sont actuellement en cours d'évaluation.

Elle a d’autre part indiqué que la qualité de l'enseignement dans les IES passe nécessairement par la formation continue des enseignants, à différents niveaux.

A cet effet, "ils doivent préparer un plan de formation de leur personnel, en tenant compte de l'existence de possibilités de formation de post-graduation".

La ministre a regretté le fait qu'il y ait eu un très petit nombre de demandes de bourses d'études supérieures, parce que, vraisemblablement, de nombreux professeurs ne réunissaient pas les conditions nécessaires pour demander des bourses.

Au niveau national, a-t-il dit, seules les facultés de sciences sociales, de droit et de médecine, toutes deux unités organiques de l'Université Agostinho Neto, proposent des cours de troisième cycle, de maîtrise et de doctorat.

En ce qui concerne l'évaluation des performances, elle a expliqué que c'était un facteur important pour la progression dans la carrière d'enseignant, compte tenu du degré de demande dans la formation des étudiants.

L'enseignant a également souligné la nécessité de doter les IES de meilleures infrastructures et de meilleures ressources humaines, afin de permettre l'augmentation de cours et, avec cela, l'augmentation des étudiants dans l'enseignement public.

Interrogée sur les salaires des enseignants du secteur, elle a jugé nécessaire de travailler à leur amélioration, précisant que cela ne correspond pas aux souhaits de la communauté enseignante.

Elle comprend que, par rapport à l'échelle des salaires pratiquée dans la région de la SADC, le pays est loin d'être à la hauteur à cet égard, c'est pourquoi il est absolument nécessaire de procéder à une révision.

Afin de répondre aux besoins, en 2018/2019, dans le cadre du nouveau statut de la carrière d'enseignant, 1050 enseignants ont été promus, principalement issus de la carrière d'enseignant auxiliaire.

Concernant le retour des cours, Maria do Rosário Samba a déclaré que le calendrier académique subira des ajustements, en tenant compte de la rupture provoquée par la pandémie du Covid-19.

Pour cela, le ministère et ses partenaires recherchent la meilleure solution pour maintenir la dynamique du calendrier scolaire.

Elle a ajouté que deux hypothèses étaient à l'étude: l'une avec l'année académique se terminant en mai, au rythme de 25 semaines académiques, l'autre se terminant en juillet, avec 31 semaines académiques.

L'année académique normale compte 32 semaines académiques.

Pour Maria do Rosário Sambo, il n'y a pas de recette idéale pour reprendre les cours, c'est pourquoi chaque institution devra s'adapter à la nouvelle normalité imposée par la pandémie.

Le pays compte 64 institutions d'enseignement supérieur privés et 30 institutions d'enseignement supérieur publics, où sont inscrits au moins 300 000 étudiants sont inscrits.