Angop - Agência de Notícias Angola Press

L'Enseignement Supérieur veut optimiser des ressources financières

04.10.2019 - ven. : 11'44 - Education

Luanda- L'optimisation des ressources financières et la définition d'un cadre légal qui permet plus d'engagement de l'Etat dans le financement de l?enseignement supérieur ont été débattus jeudi, à Luanda, lors du 2e Conseil Consultatif du Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Science, de la Technologie et de l'Innovation (MESCTI).

  • Des diplômés de l'Ecole Supérieure Polytechnique de Mbanza Kongo

Outre des deux points, il a également été défendu plus d’articulation et de partage d’information entre les intervenants au processus de financement de l’enseignement supérieur en Angola, dans une rencontre au cours de laquelle il a aussi été proposé les modèles plus adaptés à la réalité nationale pour son régime de financement.  

À  cet effet, à l’ouverture de l’événement, la ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Science, de la Technologie et de l’Innovation, Maria Sambo, a décrit les objectifs, indiquant qu’elle attendait des idées des participants pour améliorer la conception des politiques et mettre en œuvre des stratégies dans l’enseignement supérieur.

L’une des critiques faites au sous-système était l’inexistence de plateformes de dialogue entre le MESCTI et l’Académie.

Sur le sujet, la gouvernante a dit qu’au cours des 24 derniers mois, la réalité a changé, grâce à des réunions et à des échanges d’expériences avec divers secteurs de la classe.

Le Conseil Consultatif a eu deux moments: le premier consacré à la ?prestation des comptes ” du MESCTI pour l’exercice de ces deux années et les présentations des universités publiques et privées, tandis que le deuxième étaient dédié aux débats sur défis de ce sous-système.  

Maria Sambo a souligné, parmi plusieurs priorités, l’évaluation institutionnelle et de la performance de l’enseignent, la formation des professeurs et le régime de financement de l’enseignement supérieur.  

Il a été ouvert deux espaces courts de caractère informatif sur la mise œuvres du programme d’envoi de 300 meilleurs diplômés et maitres aux meilleures universités du monde, pour que ce sous-système soit le moteur du développement économique et social de l’Angola.  

Tout en discutant des contributions à la définition des politiques publiques dans le domaine du financement qui garantissent l’évolution qualitative et la durabilité du sous-système de l’enseignement supérieur, l’Exécutif a pour objectif de jouer un rôle déterminant dans le progrès social, politique, économique et technologique du pays.

La table ronde sur le «Régime de financement de l'enseignement supérieur» a réservé davantage d'interventions à la recherche de meilleures alternatives pour le secteur. Ces défis signalent donc la question du retour de l’investissement.
Dans ce cas, il a été admis que l’employabilité était faible en raison de la fragilité du marché du travail angolais, en partie due à la conjoncture économique actuelle.

Les participants encore réunis en Conseil consultatif reconnaissent qu'il est nécessaire de repenser le financement de l'enseignement supérieur et d'envisager d'autres formes plus durables et plus adaptées à la réalité économique et financière actuelle de l'Angola.

En raison des asymétries de revenus entre les couches sociales et même entre les différentes régions du pays, un nombre considérable de jeunes s'inscrivent dans des établissements d'enseignement supérieur dans l'espoir de pouvoir bénéficier de bourses d'études, les familles rencontrant des difficultés pour financer leurs formations, certains finissent par abandonner les études.

Selon les autorités, cette situation fait ressortir le débat sur la disponibilité de ressources financières publiques pour faire face à la demande croissante de bourses pour les années à venir.

Le secrétaire d'État à la Santé pour le secteur hospitalier, Leonardo Inocencio, le vice-gouverneur de Moxico, Carlos Masseca, des doyens et responsables d'universités publiques et privées, des directeurs nationaux et d'autres invités étaient également présents à la rencontre susmentionnée.