Angop - Agência de Notícias Angola Press

L'EGTI renforce l'inspection des terres à Kilamba

16.09.2020 - mer. : 09'38 - Économie

Luanda - L?Entreprise Gestionnaire de Terrains Urbanisés (EGTI) a averti, mardi, qu'elle renforcera l'inspection des zones adjacentes à la cité-dortoir de Kilamba et procédera à la destruction immédiate des champs existants sur place.

  • Vue panoramique de la cité-dortoir de Kilamba, ouverte en 2011

Une source de l'entreprise, contactée par l'ANGOP, a fait savoir qu'il existe une tendance croissante à l'occupation illégale de terres, transformées en champs, en particulier le long de l’autoroute (1) et de l'avenue Neves Bendinha (2).

Le champ le long de l’autoroute remonte au début de la construction de la cité-dortoir de Kilamba, en 2008, mais dans une dimension beaucoup plus petite que l'actuelle.

On estime que, depuis le début de la gestion commerciale de l'EGTI, la taille de ce champ a augmenté de 50%, occupant actuellement environ 52 hectares de terrain.

Quant aux champs de Neves Bendinha, ils sont apparues au cours de cette année (2020), occupant plus d'un hectare, selon la source.

L'occupation des terres adjacentes, a-t-elle expliqué, "se fait par le bouche à oreille des agriculteurs actuels" ou par "une occupation agressive, avec la connivence des paysans".

Il a affirmé que l’Administration de Kilamba avait l’enregistrement des champs, depuis la constitution de la cité-dortoir, sans en préciser le nombre.

«Jusqu'à présent, personne n'a été tenu pour responsable, même si l’EGTI a garanti un soutien total à l'administration locale, depuis le début de ses activités, pour assurer le contrôle de la zone», a-t-il déclaré.

La société a mené, lundi, une campagne de sensibilisation pour lutter contre l'occupation illégale des terres à Kilamba.

Cet acte a eu pour effet de décourager les citoyens qui se livrent à cette pratique qui, par la création de champs, viole les espaces sous la juridiction de l'EGTI, mettant en péril le développement de la zone.

Afin de lutter contre ces pratiques, la société délimite une zone spécifique pour la poursuite de cette activité, notamment le long de l’autoroute, où le terrain est déjà dédié à l'exploration agricole.

Cette action donne naissance à un jardin urbain et durable, qui soutient la croissance des communautés locales, en cohérence avec les bonnes pratiques nationales et internationales issues du PDN 2018-2020, ainsi que les lignes directrices l’UN-Habitat ".

Selon la source, les paramètres de la pratique agricole sont en cours de définition avec le soutien de l'Institut national de gestion de l'environnement (INGA), et auront le caractère d'une loi, avec l'achèvement du plan directeur de Kilamba, en phase d'approbation.

Il a annoncé que dans d'autres domaines, étant donné que la pratique agricole désordonnée n'est pas cohérente avec la vie urbaine, il y aura un renforcement de l'inspection des terres et la destruction immédiate de toutes les parcelles existantes, dans un concept de jardins urbains correctement ordonnés.