Angop - Agência de Notícias Angola Press

Le ministre veut le suivi des bénéficiaires de l'aide économique

23.05.2020 - sam. : 10'12 - Économie

Luanda - Le ministre de l'Économie et de la Planification, Sérgio Santos, a déclaré, vendredi, qu’il était nécessaire que l'Institut national d’appui aux petites et moyennes entreprises (Inapem) contrôle les entreprises bénéficiant des mesures de soutien financier prises pour soulager l’économie.

Sérgio Santos a souligné qu'il était important de contrôler pour qu'il n'y ait pas d'écarts des politiques élaborées, mais le suivi était très important, car il y a des changements qui ne sont pas toujours attribués aux entrepreneurs, mais au système financier.

Le dirigeant s'est exprimé lors de la cérémonie de signature du protocole d'accord entre l'INAPEM et les opérateurs du commerce, de la distribution et des entreprises qui fournissent des intrants dans le cadre de la mise en œuvre de mesures d’aide financière qui soutiennent les mesures de secours économique.

Selon le ministre, le suivi peut permettre la création d'un plan d'urgence pour surmonter les difficultés de mise en œuvre des programmes.

«Il est courant, dans le soutien apporté par le gouvernement, de manquer un élément très important et qui détermine plus tard que les politiques de soutien n'atteignent pas leur but - le suivi. Les entrepreneurs dans diverses circonstances reçoivent un soutien, mais ceux-ci ont besoin d’un suivi », a-t-il précisé.

Selon lui, l’Angola doit encore importer certains intrants qui ne sont pas produits dans le pays, mais qu'il devra progressivement réduire ces importations.

Sérgio Santos a invité les hommes d'affaires à mettre en place l'industrie de fabrication d'engrais mixtes en Angola, ainsi qu'à mettre en place des usines de multiplication de semences qui permettra le pays d'avoir plus d'approvisionnement en semences, et l'industrie chimique qui permettra d'avoir des pesticides.

D'autre part, il a indiqué qu'avec le protocole à signer avec l’Association des industries textiles et confections, au moins mille emplois seraient créés pour les femmes, qui auront accès à une machine à coudre, un soutien à la formation et la production de plus de masques en cette période de covid-19.

À son tour, le président du conseil d'administration d'Inapem, Arnito Agostinho, a déclaré que la signature du mémorandum sert à formaliser l'octroi de crédits, dans lequel l'Institut répondra aux besoins des producteurs.

En ce qui concerne les intrants, il a assuré qu'une dizaine d'entreprises avaient rejoint le programme et travailleraient avec elles pour rendre ces produits disponibles dans le pays.

Selon Arnito Agostinho, environ 120 entreprises ont présenté leurs projets qui sont maintenant en analyse, pour avoir plus tard accès à la ligne de crédit de la Banque d'épargne et de crédit (BPC, sigle en portugais) d’environ 122 millions de dollars américains, pour l'importation d’autres produits.

À propos, le directeur de la chaîne de supermarchés Pomobel, Raul Mateus, s'est déclaré satisfait du financement du secteur.

«Nous pensons que nous présenterons des résultats positifs et nous apporterons la réponse nécessaire dont le gouvernement a besoin », a-t-il dit.

Les mesures de soutien financier aux entreprises ont pour objectif d'assurer le maintien minimum des niveaux d'activité des micro, petites et moyennes entreprises du secteur productif et, pour cela, environ 488 milliards de Kwanzas sont allouées.