Angop - Agência de Notícias Angola Press

Quiminha porte sa production à 40 000 tonnes

11.05.2020 - lun. : 17'55 - Économie

Luanda - La production agricole du Projet intégré de développement agricole et régional de Quiminha, dans la municipalité d'Icolo e Bengo, à Luanda, pourrait atteindre 40 000 tonnes cette année, soit une augmentation de 5 000 tonnes par rapport à la dernière récolte.

  • Produits agricoles du Projet Quiminha
  • Produits agricoles du Projet Quiminha
  • Produits agricoles du Projet Quiminha

Selon le directeur général adjoint, Pedro Silveira, qui s'est exprimé dans une interview à l'ANGOP, la production actuelle, estimée à 35 mille tonnes / an, permet au projet d'avoir un chiffre d'affaires mensuel de 190 millions de kwanzas (347.829 dollars).

Le projet, créé en 2012 et issu d'un partenariat public-privé avec des experts israéliens, a rencontré quelques difficultés dans l'acquisition de certaines matières premières, mais elle a quand même réussi à atteindre ses objectifs de production.

D'une superficie totale de plus de cinq mille hectares, le projet Quiminha a été créé par l'exécutif angolais pour réintégrer 300 familles paysannes qui travaillaient dans les localités d'Icolo et de Bengo dans des conditions difficiles.

Le projet a également été conçu pour contribuer non seulement à la diversification de l'économie, mais aussi à l'augmentation de l'offre de produits à la ville de Luanda, en particulier de légumes, tout au long de l'année.

En plus de la production familiale, le projet comprend également 64 exploitations agricoles de 50 hectares et 11 autres grandes exploitations de 64 hectares, qui, une fois pleinement opérationnelles, pourraient atteindre une production totale de 100 000 tonnes / an.

Depuis juin 2016, Quiminha a commencé la production expérimentale en serre et en plein air de divers légumes, comme l'oignon, la tomate, l'ail, le concombre, l'aubergine, la citrouille, le poivre, la carotte, le chou, le maïs, la pomme de terre, des produits qui sont à vendre dans les principaux supermarchés et marchés informels de la capitale angolaise.

Le projet, géré par la société Agro Quiminha, avec le partenariat technologique de l’israélien Tahal, détient une part de marché de 12 à 15%.