Angop - Agência de Notícias Angola Press

L'Angola reçoit l'aide de l'ONU pour diversifier l'investissement

11.09.2019 - mer. : 14'32 - Économie

Luanda - L'agriculture est le secteur de prédilection pour les investissements étrangers en Angola, malgré les difficultés, selon le Rapport de la révision de la politique d'investissement présenté récemment par la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le développement (CNUCED).

  • Agriculture en Angola

Le document, présenté à Luanda, souligne que dans les années qui ont suivi la fin du conflit civil, les investissements directs étrangers (IDE) ont atteint des niveaux importants dans le pays, mais ont récemment diminué et sont concentrés dans le secteur de l'extraction de matières premières.


Selon la CNUCED, un portefeuille d’investissement «plus diversifié et mieux adapté aux besoins de l’Angola peut grandement contribuer à la réalisation des objectifs de développement national».


L’agence affirme que le gouvernement a mis en place un ambitieux programme de réforme du climat des entreprises et des investissements, mais identifie certaines lacunes et problèmes dans son document.


Selon le texte publié mardi sur le site Web de l’ONU, parmi les défis figurent le système complexe de saisie et d’établissement de fonds, des réglementations coûteuses, des pratiques commerciales restrictives persistantes et le manque de capacités et de coordination institutionnelle.


Selon la CNUCED, ces lacunes affectent la capacité du pays à tirer le meilleur parti de son emplacement stratégique, de ses ressources naturelles abondantes et de son accès préférentiel aux marchés étrangers.


La révision de la politique d’investissement accorde également une attention particulière aux investissements dans l’agroalimentaire et à sa contribution au développement durable. 


Le document exige des mesures concrètes pour promouvoir l’investissement responsable et modalités de production agricole inclusives.


Les recommandations visent à trouver un équilibre entre les objectifs de sécurité alimentaire et de développement des exportations, en améliorant l'accès à la terre et aux infrastructures et en favorisant l'esprit d'entreprise et le renforcement des capacités.