Angop - Agência de Notícias Angola Press

La ministre du Tourisme reconnaît des lacunes dans le tourisme

11.06.2019 - mar. : 17'55 - Économie

Luanda - La ministre angolaise du Tourisme, Angela Bragança, a reconnu à Luanda que l'Angola n'avait pas d'infrastructures de base pour développer un tourisme durable et a suggéré une action intégrée de divers secteurs pour stimuler le secteur.

  • Angela Bragança, ministre du Tourisme

Selon la gouvernante, qui parlait dans le cadre du programme « Grande Entrevista » de la Télévision Publique d’Angola, il existe un déficit d'énergie, d'eau, d'assainissement et de routes, en particulier dans les zones à fort potentiel touristique, telles que Cabo Ledo (Luanda) et Calandula (Malanje).

Elle a ajouté que son portefeuille avait déjà établi un diagnostic exhaustif sur les besoins du secteur, indiquant que l'action intégrée consistait en un "MasterPlano", déjà élaboré, qui sera prochainement discuté avec le ministère de l'Aménagement du Territoire.

D’après la gouvernante, bien que le pays ait rendu publique son image, lors du récent Forum mondial du tourisme, il devrait continuer à développer ses infrastructures pour soutenir le tourisme, afin que le touriste dispose d'espaces offrant des conditions acceptables.

La ministre du Tourisme a souligné les progrès accomplis dans le domaine des visas et l’octroi du visa frontière, qui, a-t-elle expliqué, fonctionnait très bien, avec l’approbation et la publication du décret présidentiel qui exempte les citoyens de certains pays.

C'est donc une initiative qui pourrait faciliter l'entrée d'un plus grand nombre de touristes dans le pays.

Ângela Bragança a, d’autre part, affirmé que le secteur travaillait de manière à ce que les différents accords signés avec des partenaires internationaux dans le domaine de la diplomatie économique ne deviennent pas des "lettres mortes".

Elle a rappelé que lors de son entrée en fonction à la fin de 2017, le grand défi consistait à développer une diplomatie économique active pour attirer des investissements vers le secteur du tourisme et pas seulement, des objectifs atteints avec la réalisation de contacts qui ont déjà abouti à la signature de divers accords.

La gouvernante a souligné le résultat de cette diplomatie, le travail qui est développé avec l’Espagne, la France et le Portugal, ayant abouti à la signature des accords avec ces pays et explore d’autres marchés forts dans le sens d’assurer la spécialisation et les partenariats.

Grâce à cette diplomatie menée dans de grands événements internationaux comme en Allemagne, en Espagne, au Portugal, a-t-elle rappelé, l’Angola a réalisé, en mai dernier, le Forum Mondial du Tourisme (WTF) et a réussit à mobiliser des leaders des cha~ines hôtelières internationales, des opérateurs touristiques mondiaux et leaders d’opinion, comme l’ancien président de la France, François Hollande.


Avec le Forum mondial du tourisme, a-t-elle précisé, les autorités angolaises ont établi un dialogue avec les dirigeants de l'industrie mondiale du tourisme et de l'hôtellerie, qui ont exposé les moyens permettant à l'Angola de développer le secteur du tourisme.

Ângela Bragança a dit que l'Angola avait beaucoup gagné avec le Forum en termes de publicité de son image, car désormais, les personnalités présentes seront les messagers de la réalité et des opportunités commerciales du pays.

Dans l'entretien, la ministre a également souligné le partenariat avec l'Organisation mondiale du tourisme (OMC), qui s'est également traduit par la signature d'un accord de coopération.
L'accord permettra au personnel de l'OMT de se venir en Angola pour former des techniciens du tourisme sur des questions liées à la production de données statistiques relatives au tourisme.

La ministre a finalement expliqué qu'avec les données statistiques du mouvement touristique, il sera possible de préparer le compte satellite du tourisme, un indicateur qui permettra de présenter le portrait réel du secteur et sa contribution effective à la formation du PIB national, ainsi que d'évaluer la consommation d'un touriste.