Angop - Agência de Notícias Angola Press

L'Angola veut une aide française pour bâtir une économie forte

06.02.2019 - mer. : 12'35 - Économie

Luanda - Le gouvernement angolais compte sur le gouvernement français pour l'aider à bâtir une économie forte, moins dépendante du pétrole et compétitive, capable de générer de la prospérité.

  • Manuel Nunes Júnior, ministre d'Etat chargé du Développement économique et social (archive)

Selon le ministre d'Etat chargé du Développement économique et social, Manuel Nunes Júnior, qui s'exprimait mardi (5) à Luanda, à l'ouverture du Forum d’affaires Angola / France, les relations de coopération entre les deux pays sont actuellement axées sur le secteur du pétrole et du gaz, un cadre qui devrait être changé.

L'un des principaux domaines de coopération identifiés par le ministre d'État dans cette nouvelle ère de coopération est l'agriculture, considérant comme « énorme » la capacité de la France dans ce secteur.

Le forum entrepreneurial Angola-France a réunit 29 hommes d’affaires français et représentants de 21 sociétés, dont l’AEMC France, la Banque Publique d’Investissement de la France (BPIFRANCE), la CMA CGM (transport maritime), le Crédit Agricola CIB, la Société Générale.

Cette rencontre entrepreneuriale de Luanda marque une nouvelle étape dans le renforcement des relations économiques entre les deux pays après la visite officielle en France, en mai 2018, du Président angolais, João Lourenço.

En Angola, la France est fortement présente dans le secteur pétrolier, à travers la multinationale Total, premier opérateur à explorer dans l'offshore angolais avec une production de 700 000 barils par jour.