Angop - Agência de Notícias Angola Press

Le tourisme peut contribuer avec 30% au Budget général de l?Etat- Aguita

14.04.2018 - sam. : 11'19 - Économie

Luanda - Le tourisme angolais peut contribuer avec 30% des recettes au Budget général de l'Etat (BGE), avec l'exécution des politiques pour son dynamisme, a déclaré vendredi, le président de l'Association des guides et interprètes de l'Angola (Aguita) Paciência Samuel.

  • Les touristes cherchent toujours à connaître différentes réalités et la culture angolaise offre des ingrédients qui les attirent.
  • Bien qu'il ait besoin de plus, l'Angola dispose actuellement d'un réseau considérable d'infrastructures hôtelières.
  • L'une des choses que font les touristes lorsqu'ils visitent une région est l'achat de souvenirs: l'artisanat angolais est une bonne proposition
  • Le pays est riche en traditions, c'est-à-dire en us et coutumes séculaires qui représentent les peuples du territoire

Pour atteindre cet objectif, il a jugé important de réduire les prix des services offerts dans les hôtels, centres de villégiature et auberges du pays, d’intensifier les échanges de services dans ce secteur avec d'autres pays et d'améliorer l'état des routes et la formation des cadres nationaux dans le domaine de tourisme.

Il a également ajouté, parmi d'autres mesures qui peuvent aider à augmenter la contribution du secteur au BGE, l'entrée de plus de compagnies aériennes sur le marché angolais et la réduction des coûts de déplacement.

Paciência Samuel, qui parlait à l'Angop des défis pour le développement du tourisme national, a considéré qu'il s'agissait d'une activité très sensible pour porter l'image du pays au-delà des frontières et que l'amélioration des conditions de base doit être urgente de manière à attirer des touristes et des investisseurs dans ce secteur.

L'établissement de l'activité touristique dans une certaine localité la développe, à travers la construction d'écoles, de postes médicaux communautaires et la commercialisation de l'artisanat parmi d'autres activités commerciales, a considéré l'interlocuteur.

Il préconise également la formation d'au moins 30 à 50 guides touristiques par province et que la population locale soit la principale bénéficiaire de l'activité de création d'emplois directs et indirects.
Toujours dans le cadre de la formation de guides et d'interprètes touristiques, Aguita compte également former 15 000 anciens soldats car ils connaissent de nombreuses zones rurales. Cette vision de l'institution, provient du fait que de nombreux touristes à leur arrivée dans le pays souhaitent connaître la culture locale.

L’Aguita contrôle 70 guides touristiques et interprètes dans les provinces de Luanda, Huíla, Benguela et Namibe. Pour l'expansion de ce service se déroule à Malanje la formation de 50 guides touristiques et interprètes.

De nombreux guides et interprètes formés par l’Aguita travaillent dans d'autres secteurs tels que les Affaires étrangères, les banques et les hôtels car ils voulaient des résultats immédiats en termes de satisfaction matérielle.

Il a regretté le manque de guides touristiques et d'interprètes à Mbanza Kongo (province de Zaire) et dans de nombreuses provinces du pays. "On devrait penser davantage au tourisme, à l'environnement et à la culture comme une source de recettes pour le Trésor public.

L’Aguita, créée en 2001, réalise samedi (14 avril 14) la cinquième assemblée de renouvellement de mandat de cinq ans.

Mesures du gouvernement angolais / facilitation des visas

Visant à accroître la contribution du secteur touristique au BGE, l'exécutif angolais a exempté depuis le début de l'année l'octroi de visas aux citoyens de 61 pays souhaitant se rendre en Angola.

Parmi les pays couverts, neuf sont d’Afrique, notamment le Lesotho, Madagascar, le Malawi, le Cap-Vert, Sao Tomé-et-Principe, le Maroc, le Swaziland, l'Algérie et la Zambie, et huit d'Amérique (Argentine, Uruguay, Brésil, Canada, Chili, Cuba, États-Unis et Venezuela) et sept d'Asie (Corée du Sud, Émirats arabes unis, Chine, Inde, Indonésie, Israël et Japon).

La simplification des actes administratifs pour l'octroi de visas touristiques couvre également les États membres de l'Union européenne et huit autres États du continent européen, notamment le Royaume de la Norvège, le Royaume-Uni de la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord, la République d'Islande, la Principauté de Monaco, la Fédération de la Russie, la Fédération Suisse et l'État du Vatican.

L'Australie, la Nouvelle-Zélande et le Timor oriental sont les trois États d'Océanie couverts par le mécanisme de simplification des actes administratifs pour l'octroi de visas touristiques.