Angop - Agência de Notícias Angola Press

Le pays produit seulement 6% du riz consommé

06.12.2018 - jeu. : 17'52 - Économie

Luanda - L'Angola consomme 400.000 tonnes de riz par an, mais n'en produit que 25.000 tonnes, soit 6% du total de sa consommation.

  • Essai de nouvelles technologies dans la culture du riz à Bié (Archive)

Dans le même cadre, le soja, dont les besoins annuels varient entre 220.000 et 240.000 tonnes par an, le pays ne produit que 30 tonnes par an.

En ce qui concerne le maïs, l'Angola a besoin de 25 000 tonnes par an, mais les données pour la campagne agricole 2015/2016 indiquaient une production totale de 2,2 tonnes de maïs.

Pour inverser la situation, le pays, qui jouit de bonnes conditions climatiques, d’énormes quantités d’eau et d’extensions de terres arables, n’a besoin que d’investisseurs dans les secteurs agricoles les plus divers, a déclaré le directeur national de l’Agriculture, José Carlos Bettencourt.

Le gestionnaire a souligné que la différence entre la production de riz et ce qui est consommé dans le pays représente une bonne opportunité d’affaires pour ceux qui souhaitent investir dans ces domaines.

Sur les subventions pour le secteur agricole, le directeur, qui s'adressait à un public d'hommes d'affaires italiens et nationaux, lors d'un forum sur l'agro-négoce, a annoncé qu'un diplôme sur les subventions agricoles serait bientôt disponible.

Toutefois, il a déclaré que le problème du crédit à l'agriculture devait être résolu car l'Etat ne peut pas subventionner tous les produits, mais les cultures prioritaires pour la production nationale et l'exportation.

Selon lui, les investisseurs ou entreprises qui s’engagent dans la production de semences et intrants agricoles bénéficieront de subventions.

Il a expliqué que le ministère de l'Agriculture et des Forêts travaillera sur les subventions pour les intrants agricoles.

Le forum, promu par l'Agence italienne de promotion du commerce et des exportations (AIPEX) en partenariat avec l'Agence italienne du commerce (ITA), compte sur la participation de sept entreprises italiennes et plusieurs nationales du secteur agricole, qui se sont montrées intéressées à importer des biens agricoles d’Angola.