Angop - Agência de Notícias Angola Press

La gestion des systèmes de paiement doit être conforme aux bonnes pratiques

28.11.2018 - mer. : 15'44 - Économie

Luanda - Le vice-gouverneur de la Banque Nationale d?Angola (BNA), Rui Minguêns Oliveira, a déclaré mercredi que les systèmes de paiement ne répondraient aux objectifs d'intérêt général (sécurité, efficacité et inclusion) que si ils sont gérés conformément aux bonnes pratiques internationales.

  • Administrateur exécutif de la BAN, Rui Miguêns de Oliveira

Intervenant à la VIIIe réunion des systèmes de paiement des banques centrales de la CPLP, Rui Minguêns a affirmé que les systèmes de paiement, dans le cadre de leurs fonctions, devraient offrir une plate-forme pour l'inclusion financière, compte tenu du niveau de développement économique et social des pays de la CPLP.

Le gestionnaire a également noté que l'augmentation des transactions sur les marchés financiers nationaux et internationaux, la sophistication des produits financiers, la mondialisation des marchés et la désintermédiation nécessitaient un système de paiement efficace, sécurisé et performant afin de préserver un fonctionnement stable des systèmes financiers et d’apporter un soutien plus adéquat aux activités productives, commerciales et financières.

Toujours en ce qui concerne les systèmes de paiement, il a reconnu, quels que soient les différents stades de développement de chaque pays, que les systèmes de paiement dans leur ensemble continuaient à présenter de nombreux défis en commun, exigeant des régulateurs et des autorités de surveillance une attention permanente et ciblée, afin de garantir un fonctionnement complet sur la base de principes sains, sûrs, efficaces et fiables.

Il a indiqué que la VIIIe réunion avait lieu à un moment où la convergence entre technologie et services financiers s'intensifiait.

Il a également souligné que l'émergence des technologies financières "fintech" et la tendance croissante à l'élimination des intermédiaires financiers nous amène à envisager le modèle commercial bancaire dans un avenir pas trop lointain.

Il a mis en évidence le fait que certains membres de la CPLP peuvent partager leur expérience de la mise en œuvre des paiements mobiles.

Dans son discours, Rui Minguêns a également évoqué l'émergence des "crypto-pièces" et des technologies qui les supportent, une nouvelle réalité qui oblige les banques centrales à faire un effort supplémentaire pour comprendre et anticiper l'évolution future des systèmes et des moyens de paiement.

La VIIIe Réunion des systèmes de paiement des banques centrales de la CPLP, qui se déroule jusqu'à jeudi, à Luanda, aborde des sujets tels que "Développements vérifiés dans les systèmes de paiement nationaux, paiements Fintech et Inclusion financière, Principes d'infrastructure du marché financier du CPMI / IOSCO et Fintech, DLT et Moeda Digital.

Des représentants des banques centrales d'Angola, du Cap-Vert, du Mozambique, du Portugal, de Sao Tomé-et-Principe, du Timor oriental et de l'Autorité monétaire de Macao participent à la rencontre.