Angop - Agência de Notícias Angola Press

La Banque Nationale d'Angola va assurer l'usage efficace des devises

13.02.2018 - mar. : 14'56 - Économie

Luanda - La Banque Nationale d'Angola a recommandé, mardi, aux agents économiques à certifier l'indisponibilité d'offre sur le marché national des biens ou services à l'importation pour assurer l'usage plus efficace des devises.

  • Immeuble Siège de la BNA

Cette recommandation ressort de l’application du nouveau cadre de change, qui a entre autres mesures, l’attribution aux banques commerciales de la responsabilité de vente de monnaie étrangère aux citoyens et entreprises qui en a besoin.

La BNA comme autorité de change, est chargée de réguler le marché et veiller au bon fonctionnement pour que les devises disponibles puissent contribuer effectivement pour atteindre les objectifs de croissance et de développement économique et social.

Dans un communiqué, la Banque Centrale recommande également aux hommes d’affaires à privilégier l’importation en faisant recours aux cartes de crédit pour garantir la remise des marchandises ainsi que le paiement du fournisseur.

En cas d’importation avec recours au crédit des secteurs externes (y compris le crédit de l’exportateur) ou des services contactés , obtenir le compromis ou la possibilité de vente future de devises de la part des banques commerciales avant de confirmer l’achat.

La note qui souligne l’existence de limitations des montants en monnaie étrangère disponibles pour la vente à l’économie, situation qui exige une gestion prudente des devises pour satisfaire les nécessités des citoyens et des entreprises, la Banque recommande, autant que possible, la demande des biens et services directement au producteur ou des agents officiellement licenciés.

Dans le même communiqué, la BNA souligne que les sollicitations d’achat de monnaie étrangère doivent être présentées, uniquement aux banques commerciales, à l’exception des grands importateurs des médicaments et  des denrées alimentaires  qui peuvent encore les présenter aux ministères  de la santé et du Commerce respectivement.