Angop - Agência de Notícias Angola Press

Le secteur bancaire doit être le moteur de l'économie

05.04.2017 - mer. : 12'17 - Économie

Luanda - Le système financier devrait créer des conditions pour que le secteur bancaire devienne le moteur de l'économie, en appuyant le domaine productif avec le financement des projets en Angola pour exporter plus de produits et encaisser les devises, a déclaré le gouverneur de la Banque Nationale d'Angola.

  • Edifice de la BNA - Luanda

Selon lui, le secteur bancaire nécessite de travailler afin que 70% des Angolais atteignent un niveau de classe moyenne, et en même temps, avoir le système financier comme un instrument au service de la prospérité des Angolais et du développement du pays.

"Nous devons créer des conditions pour qu’un grand nombre de nos familles soient productives et la plupart des entreprises soient familiales", a affirmé le gouverneur,  ajoutant que le système financier devait être au service du développement de l'Angola.

Valter Filipe, qui intervenait au programme Grande Interview de la Télévision Publique d’Angola (TPA) a souligné que dans cette conjoncture dans laquelle le pétrole a cessé d’être un instrument (produit) stratégique pour le développement, le pays ne peut pas continuer à dépendre d'une unique source de devises, c’est ainsi qu’il faudra dynamiser d'autres domaines d'activité pour élargir les sources de perception des recettes.          

Pour le gouverneur, en raison de la vulnérabilité de pétrole sur le marché international, dont le prix est maintenant au-dessus de 52 dollars, mais qui peut baisser à 20 dollars en fonction de la conjointure, il a déclaré que l'Angola ne pouvait pas avoir une économie et un système financier qui dépend d'une source de recettes et des devises.

Faisant recours aux données d'une étude, Valter Filipe a affirmé que l'Angola devait avoir au moins cinq grands produits d'exportation d'origine extractive minière, pour assurer l'entrée dans le système financier national de 1,5 milliard de dollars, pourtant  actuellement, le grand problème du pays est l'entrée de devises étrangères pour le secteur bancaire.