Angop - Agência de Notícias Angola Press

La FAO est disposée à soutenir les éleveurs de bétail à Caimbambo

06.12.2017 - mer. : 18'10 - Économie

Caimbambo - L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) est prête à soutenir les éleveurs dans la municipalité de Caimbambo, touchés par la mort du bétail, a informé mercredi le coordonnateur des programmes d'urgence de cette agence onusienne en Angola, Mateus Tony.

  • Benguela: La sécheresse met en danger la vie de milliers de têtes de bétail à Caimbambo

S’adressant aux journalistes à la fin d'une visite de constatation à Caimbambo, le responsable a manifesté la disponibilité de la FAO de soutenir les éleveurs de cette localité avec des blocs de sels minéraux, afin d'atténuer la mortalité du bétail causée par la pénurie de pâturages et de l'eau.

Mateus Tony a assuré que l'organisation, en tant que partenaire du gouvernement angolais, aidera avec des compléments alimentaires pour le bétail.

Selon le responsable, la FAO a installé une usine d'aliments pour animaux dans la municipalité de Cahama, dans la province de Cunene, afin de fournir un soutien immédiat au secteur de l'élevage.

Pour faire face à la sécheresse et la pénurie de pâturages dans la province, le gouvernorat provincial de Benguela a élaboré un programme d'urgence visant la réhabilitation et construction des fontaines, des barrages et des réservoirs de bain, y compris l'acquisition de 800 balles d'herbe (foin) pour les animaux malnutris.

Estimé à cinq milliards de kwanzas, ce programme d'urgence a une durée de trois mois et prévoit l'achat de médicaments pour assurer la santé du bétail et la formation du personnel vétérinaire.

En raison de l'absence de précipitations au cours des deux derniers mois, les éleveurs de Canhamela et de Wiyangombe, dans la municipalité de Caimbambo, sont confrontés à des difficultés de pâturage, une situation qui a déjà provoqué la mort de plus de 1.700 têtes.

Les éleveurs de la municipalité de  Chongoroi sont dans la même situation et signalent que plus de mille têtes de bétail meurent.