Angop - Agência de Notícias Angola Press

Le manque de matchs "inhibe" Ombaka

07.09.2020 - lun. : 12'46 - Sports

Benguela (Angola) - Onze ans plus tard, le stade d'Ombaka, à Benguela, est l'un des rares construits à l'occasion de la Coupe d'Afrique des Nations de football (CAN'2010) qui reste presque intact.

  • Match amical Angola-Mozambique
  • Stade Ombaka
  • Stade Ombaka
  • Stade Ombaka

Contrairement aux autres infrastructures construites avec des fonds publics, pour soutenir cet événement, le terrain reste avec le gazon traité et la structure préservée pour la pratique du football.

Pendant ce temps, l'immeuble connaît un dilemme qui inquiète les amateurs de sport et fait douter des projets de rentabilité: il est sous-utilisé.

Construit à Benguela, une province avec une histoire dans le football et le sport en général, le stade Ombaka ne vit pas les problèmes structurels et de manque d'entretien que souffrent, par exemple, 11 de Novembro (Luanda), Chiazi (Cabinda) et Tundavala (Huíla).

Situé dans le quartier de Graça, à la périphérie de la ville de Benguela, la propriété, d'une capacité de 35 mille spectateurs, est le terrain principal du Wiliete Sport Club, promu en première division lors de la dernière édition du championnat national de première division (Girabola).

Malgré les 116 millions USD utilisés pour sa construction, l'espace n'a pas eu l'usage souhaité, tout comme les structures qui l'entourent, qui peuvent être utilisées comme bureaux, magasins et restaurants.

La propriété produit en moyenne 200 000 AKz par match, tandis que pour sa maintenance, un million 200 mille kwanzas/ mois sont nécessaires.

Avec tout arrêté, y compris les activités culturelles et récréatives, qui produisent une certaine valeur monétaire, le Département pour le Sports du Bureau provincial du tourisme, de la culture, de la jeunesse et des sports, l'entité de gestion, travaille à l'entretien progressif de l'infrastructure, malgré des fonds réduits.

Selon le chef du département de l'organe de gestion, Júlio Paiva, comme l'herbe est bien traitée, des travaux sont en cours pour la requalification et la peinture des structures métalliques des 1er et 2ème étages, l'amélioration du secteur de presse et du réseau électrique.

Selon la source, qui s'adressait à l'ANGOP dans le cadre d'une série de reportages sur les infrastructures sportives du pays, la seule situation préoccupante est la rupture de la tuyauterie extérieure du stade, même si elle reconnaît des progrès dans sa reprise.

«Ombaka a été construit il y a plus de 10 ans et devrait déjà bénéficier d'un entretien plus approfondi», admet-il, ajoutant que l'argent, provenant du ministère de la Jeunesse et des Sports (il va sans dire combien), ne couvre pas entièrement les besoins.