Angop - Agência de Notícias Angola Press

Suivi de l'évolution des girafes réapparues

10.01.2018 - mer. : 16'26 - Environnement

Luanda - Les vingt-deux girafes retrouvées en 2017 dans le Parc national de Luengue-Luiana, province de Cuando Cubango, seront suivies au cours du premier semestre de cette année par le ministère de l'Environnement.

  • Des girafes localisées dans le Parc national de Luengue-Luiana

La réapparition de cet animal en septembre 2017 a été l'un des points forts du secteur de l'environnement en Angola, ce qui a contribué à l'élaboration d'un plan stratégique pour sa protection et conservation.

Dans le cadre de sa résurgence, l'Angola a bénéficié en 2017 d'un prix international au niveau de l'Association africaine des conservateurs.

Se confiant à l'Angop, le technicien du ministère de l'Environnement, Manuel Xavier, a dit que la surveillance de l'espèce aura le soutien d'experts internationaux et des républiques de la Namibie et du Botswana, régions où se déplace l’espèce migratoire, sortant de l'Angola et vice versa.

Pour contrôler leur mouvement, des colliers seront placées sur des girafes, à l’exemple de l'initiative sur la protection de l’antilope géante (Palanca Negra).

L’espèce qui est déjà inscrite à l'annexe II de la convention sur les espèces migratrices (CME) est typique de la région du Parc national de Luengue-Luiana créé en 2011 par le ministère de l'Environnement.

L'espèce réapparaît après la démilitarisation de la zone, ce qui facilite le repeuplement naturel de cette zone de conservation avec d'autres espèces de petite, moyenne et grande taille, selon la source.

En Angola, avant de relancer les conflits, des milliers de girafes étaient  contrôlées, mettant l'accent sur le parc national de Mupa (Cunene), où il n'y a actuellement aucune trace de cette espèce, selon Miguel Xavier.

"Le parc de Mupa a été créé spécifiquement pour protéger la girafe de l'époque coloniale ", a déclaré Manuel Xavier.

Cet animal est également contrôlé dans le Parc National de Quiçama, Luanda, à travers le projet "Arca de Noe", une initiative qui a commencé avec quatre animaux et qui est passée à plus de 32 girafes jusqu'à ces deux dernières années.